Sources d'inspiration

But en peinture

gilles-weissmann-inspiration-but.jpg

Mon but ?

Restituer la lumière du soleil sur la surface de la toile comme le vigneron capture cette même lumière dans son vin. Les alcools, à l’origine, célèbrent l’Esprit.

Un tableau c’est comme une fête, une célébration de la vie.

C’est une rencontre, je me reconnais dans le paysage et j’ai besoin de fêter cette rencontre avec moi-même et de la partager. Lorsque quelqu’un achète un tableau, cela veut dire que mon travail, comme celui du vigneron qui est à l’écoute de la nature et comprend la vie, produit quelque chose d’assimilable et de vivifiant pour d’autres humains.

Gilles-Weissmann-artiste-peintre.png
inspiration-gilles-weissmann.jpg

Peinture à l'huile

Le sujet de mes tableaux c’est toujours les amours de la matière et de la lumière.

Dans les paysages comme les portraits la nature est recomposée selon des schémas empruntés aux traditions pour constituer un petit monde équilibré, dynamique, « musical », dont les lignes sont régies par la proportion du format de la toile dans une  géométrie jubilatoire.

 

L’enduit chargé de sable ou de sciure est la base que j’ai choisie pour exprimer le caractère vibrant des surfaces. Très attaché à une figuration  solide, assez réaliste, j’aime la peindre comme un mirage sur le point de se dissoudre…

 

La couleur en couches superposées  se rappelle qu’elle est énergie, nourriture, en évoquant une nature saturée d’invisible. L’harmonie cherche à sonner comme une chanson nostalgique, enthousiaste ou naïve qui célèbre la vie.   

 Gilles

Gilles-Weissmann-artiste-peintre.png

Un bon tableau

C’est une surface qui m’appelle avant même que je l’aie identifiée, comme lorsqu’on « reconnait » quelqu’un qu’on n’a jamais vu.

 

C’est une harmonie de couleurs, un rapport de formes, une luminosité, une unité. Il capte mon attention et m’attire chez lui. Là, il me parle de lui, il me parle de moi d’une manière nouvelle et en fait il témoigne de l’expérience de la vie sur terre et je m’y retrouve.

 

Il offre sa compréhension du monde, son sentiment de la vie sous une forme directement assimilable, singulière et fraîche.

Gilles-Weissmann-artiste-peintre.png
gilles-weissmann-inspiration-baranya.jpg

Baranya

Ces  paysages de Baranya (Hongrie) tentent de restituer sous une forme  vibrante et suggestive, les impressions qui m’ont  donné un sentiment de  gratitude pour la beauté de la terre et de ses habitants dans la lumière du soleil. En épousant Judit j’ai épousé sa terre que j’ai découverte d’abord dans la lumière dure de l’été, avec la végétation luxuriante, l’éclat des vieux murs ocre jaune et le bleu  du Danube. Comme le ciel descendu sur la terre avec un mouvement calme et puissant, il règne, silencieux, sur les paysages et les cœurs. Divinité bienveillante il nourrit ses enfants et leur apporte la paix. J’ai aimé les clochers en forme d’oignon, les vérandas à colonnes blanches, les fleurs et les arbres qui embrassent  les maisons . J’ai épousé  les collines d’argile de Dunaszekcsö, les coteaux couverts de vignes de Mohacs, les collines de pierre de Pécs, et les forêts de Mecsek, habillés d’émeraude, d’or, de cuivre rouge ou de blanc.

Gilles-Weissmann-artiste-peintre.png

Sur les toits

gilles-weissmann-peintre-Blancs Manteaux

J’ai découvert les toits de Paris en révisant le Bac. Il a fallu grimper sur la vieille échelle et se hisser par la tabatière. Si la chambre mansardée est un lieu tranquille, un refuge propice au travail solitaire, à la rêverie ou à l’intimité, un nid loin du monde des « adultes » ; la sortie sur le toit fut un choc, celui d’abord de la rencontre inattendue avec un univers plus ouvert aux éléments et plus fort en impressions. Le choc aussi d’un nouveau point de vue sur mon monde. On est saisi par la sensation physique, le vent, le son, non seulement un vertige vertical, mais aussi un vertige horizontal : l’irruption du grand espace qui nous touche et nous remet à notre place, embrassé par le ciel, le vide et l’océan des toits.

Comme un personnage dans un tableau de Kaspar David Friedrich, on est immergé dans la nature parmi ces matériaux modelés par le soleil, le vent et l’eau. Pierre, zinc, ardoise, enduits,  brique, fer et bois ; ravinés, burinés, délavés, fissurés, noircis ou oxydés, tachés de mousses et de lichen. Les étages de pierre ou de plâtre redeviennent des falaises calcaires et les toitures des sommets escarpés. Le flot incessant d’en bas n’est plus qu’un murmure de ruisseau. Paradoxalement, le désir de fuir le réel mène à la possibilité de prendre du recul et d’ouvrir le regard.

 

Qu’elles soient artistement dessinées par des architectes inspirés ou inventées prosaïquement par des artisans pour résister aux intempéries, les formes des toits, des lucarnes et des cheminées sont plus variées, plus complexes et surprenantes que celles des étages inférieurs où dominent verticale et horizontale. À ce niveau toutes sortes d’angles règnent sur les lignes qui s’infléchissent, se brisent, se courbent, se rattrapent ; s’enchaînent, se  répètent ou se répondent comme les ébauches de mélodies d’un orchestre qui s’accorde. Ici, les volumes sont plus singuliers, plus modestes, à l’échelle des individus : rehaussements, rajouts tarabiscotés, aménagements cachés, petits jardins secrets ou terrasses arborées. Avec le temps les charpentes s’incurvent, les couvertures ondulent, les maçonneries fléchissent et les antennes pendent donnant à tout cela une physionomie plus organique. Il est aussi possible de contempler ce qui ne se donne habituellement pas à voir, le côté cour, l’envers du décor, la ville intime, fenêtres de cuisines, verrières d’arrière-cours, balcons potagers, greniers oubliés...                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                     

Au-dessus des vagues de zinc, d’ardoise, parfois de tuiles ou de cuivre ponctuées par les cheminées couronnées de délicieuses poteries orangées, s’élèvent des dômes, tours,  flèches et clochers, dressés vers le ciel pour capter, bien avant les antennes, d’autres ondes. Le langage des formes est éloquent. Les églises sont debout, bergères veillant sur leurs troupeaux. Il y a comme des répliques de ces formes religieuses : fières coupoles haussmanniennes, clochers de gares ou d’écoles, gables et pinacles, pour réveiller l’horizontalité . On voit aussi de grands dinosaures municipaux ou nationaux et des tours de Babel embrumées.

Et ce paysage est habité ! C’est la magnifique et terrible condition humaine qui apparaît dans la lumière de ce désert. Des millions de vies serrées les unes contre les autres et régies par les lois du ciel. Et voilà un autre vertige…

gilles-weissmann-peintre-Epinettes .jpg
Gilles-Weissmann-artiste-peintre.png

Mes influences et sources d'inspiration?

 

Mon père

 

Voyages très tôt en Suisse, en Italie, dans le Midi...

 

L'architecture parisienne...

 

les couleurs et les formes de mes jouets...

 

Le stéréoscope de l'enfance, sorte de visionneuse de diapos 3D...

 

Les visages des hommes, des femmes et des enfants...

 

Les couleurs des jeans en velours et des foulards indiens dans les années 60...

 

Les reproductions présentes chez mes parents: Van Gogh, Bonnard, Monet, Picasso, Lascaux, Matisse, Vinci, Renoir, De Staël, Degas, Gauguin, Sisley, Cézanne...

 

Les Icônes de Novgorod...

Le vitrail roman...

La peinture égyptienne

 

La peinture d'Extrême Orient...

Les tapis et les tissus anciens...

Le Musée du Louvre

Titien, Rembrandt, David, Delacroix, Ingres...

 

Hergé, Cabu, Giraud, Kiraz...

 

La marche à pied...

La musique...

La miniature persane...

Corot, Turner, Marquet, Poussin, Friedrich, Derain, Vuillard, Valotton, Hopper, Balthus,  Dubuffet, Rothko, Hundertwasser...

Les peintres de la Galerie Philippe Frégnac...

La peinture byzantine et romane...

Les primitifs italiens, Giotto, Fra Angelico...